En création

La rue au chaud. Fable sociale. Tragédie musicale. (chansons + slams)

Texte écrit. Cherche compositeurs et interprètes

 

Unité de lieu : Le décor est planté aux Quais de Seine

Unité de temps : Voici venir Le temps de la morte saison

Unité d’action : Il y a Une vie dans la rue

      Acte 1 :

Cette fable est pour toi, toi qui es dans la rue et puis si fluctuat, Surtout Nec mergitur. Dans un Putain d’hiver, partout règne Une odeur de galère et chacun marche seul sur son Chemin de croix. Dans le ciel passe un vol d’Oies sauvages. Une Plume légère tombe au sol. Une passante la ramasse et la glisse sous son sein. Elle ne peut que constater l’Indifférence générale.

      Acte 2 :

A pas de fourmis, La Société doit commencer à prendre conscience. La passante n’est autre que l’Empathie. Elle offre Des couvertures et des bonnets mais rencontre aussi La Mort sur le banc. Dans la rue c’est L’Impasse et La Solitude. La vie malgré tout coule Dessous les ponts.

      Acte 3 :

L’Empathie retrouve la Société et signe avec elle Un pacte de connivence. Elles rencontrent La Pauvreté. Le chien fidèle suit. Elles lui offrent Le verre de rouge et encore Des couvertures et des bonnets. Le mal-être s’offre Du rêve et des étoiles. La Société empathique devient aidante. Elle organise pour tous La rue au chaud.

Une vie de spleen. Théâtre

Acte I : Scène 1 : Baudelaire, Asselineau, une inconnue.

 

Baudelaire : (Il est seul en scène. Il travaille un nouveau poème, installé à une petite table et jette plusieurs brouillons à la corbeille)

« La très chère était nue…

La très chère était nue et… connaissant mon cœur, elle n'avait gardé que ses bijoux sonores… 
 

Asselineau :

Bonjour Charles. Je te dérange sans doute et d’emblée m’en excuse.

 

Baudelaire :

Bonjour mon ami. Non, jamais tu ne me gènes. Ta présence m’est chère tant j’ai besoin de toi. Merci de ta visite.

 

Asselineau :

Où donc es-tu parti aujourd’hui et dans quel paradis peux-tu te réfugier ?

 

Baudelaire :

Je termine un éloge à la Beauté. C’est la perle des perles et la femme absolue........................